Placements à versements réguliers capitalisés

Calcul de placements réguliers à intérêts composés

Un placement régulier capitalisé est un placement où les versements sont effectués régulièrement tous les mois avec un montant constant, et où les intérêts produits sont cumulés pour former un capital plus important d'année en année. Les intérêts produits lors d'une année génèrent eux-mêmes des intérêts les années suivantes qui s'additionnent aux versements et ainsi de suite.

Combien rapportent, par exemple, 100 € placés tous les mois pendant 30 ans à 2.5% par an ? Combien à 4% ? La solution avec le module ci-dessous qui vous permet de comparez, en même temps, deux simulations différentes. Remplacez les valeurs par vos propres valeurs et voyez le résultat.

 Placement régulier capitalisé Nº1 
Monnaie : 
Montant initial : 
*
Versements réguliers : 
Périodicité des versements : 
Taux d'intérêt annuel : 
 %
Durée :
 ans
Montant final : 
53 393,97 €

 Placement régulier capitalisé Nº2 
Monnaie : 
Montant initial : 
*
Versements réguliers : 
Périodicité des versements : 
Taux d'intérêt annuel : 
 %
Durée :
 ans
Montant final : 
68 751,40 €

* Le montant initial s'ajoute au premier versement. Exemple : pour un montant initial de 1000 € et un versement régulier de 100 €, il sera donc placé le premier jour : 1.100 €.

Comment épargner ?

Avant toute chose il est intéressant que vous preniez le temps de poser sur le papier toutes les recettes que vous avez, c'est à dire les rentrées d'argent régulières qui arrivent dans votre escarcelle. Ces rentrées d'argent peuvent être des salaires, des indemnités pour handicap, des loyers que vous percevez sur des biens que vous mettez à la location, des dividendes que vous percevez d'actions dans diverses entreprises, des allocations familiales (attention de prendre en compte la fin du versement de ces allocations qui sont généralement soumises à l'âge des enfants). Une fois que vous savez quelles sont vos rentrées (mensuelles, trimestrielles ou annuelles, c'est à vous de voir en fonction de votre mode de vie), procédez de même pour les sorties. Notez toutes les charges régulières que vous avez : remboursements des crédits en cours, factures régulières et incontournables comme l'énergie, les impôts divers, les pensions alimentaires, les frais de scolarité des enfants, le budget cigarettes et autres « plaisirs » que vous vous accordez, les dépenses liées à la vie du foyer, etc...
Les dépenses de véhicules représentent un poste conséquent. Pour faire le point sur ce type de dépenses rendez-vous sur la page du coût de revient d'un véhicule.

Rentrées - sorties = ?

  • Si vous êtes à zéro il est peut-être possible de réduire quelques dépenses ici ou là. Il est même judicieux d'assainir vos crédits pour dégager une petite marge d'épargne qui vous donnera de l'oxygène et vous apportera sans doute pas mal de sérénité pour l'avenir.
  • Si vous êtes en bilan négatif, il est temps de réagir et de réorganiser votre train de vie. Les dépenses de loisirs, d'achats de biens de consommation sont-ils vraiment si impératifs et ne pouvez-vous pas attendre un peu avant de changer de smartphone ou de téléviseur ? Pour vous aider à faire des choix pertinents, rendez-vous sur la matrice d'aide au choix.
  • Si en revanche vous êtes en bilan positif, vous avez déterminé votre capacité d'épargne.

Quel est le meilleur placement ?

Sur ce point, vous seul êtes en capacité de déterminer quel est le meilleur placement pour vous. Pour cela vous devez vous poser plusieurs questions et même donner à chacune de ces questions un poids relatif, c'est à dire une sorte de coefficient d'importance.

Les questions que vous pouvez vous poser (cette liste n'est pas exhaustive, votre mode de vie conditionne vos attentes vis à vis de vos placements) :

  • Est-il judicieux de placer mon argent à long terme ou à court terme ?
  • Vais-je avoir besoin de cet argent dans un délai court (définissez ce que signifie « court ») ?
  • Quel rendement est-ce que je souhaite avoir ?
  • Comment est obtenu ce rendement ?
  • Quel est le niveau de risque auquel je suis prêt ?
  • Mon capital et le rendement sont-ils garantis ? Par qui ?
  • Quels sont les frais (trimestriels, annuels, etc...) de tenue de compte ou de gestion ?
  • Est-ce que je souhaite réaliser un placement dans le but de transmettre un capital à mes enfants ou d'autres personnes chères ?
  • Si tel est le cas, quelle sera la fiscalité lors de la transmission du patrimoine en question ?
  • Quelle est la fiscalité sur les différents placements qui pourraient m'intéresser, et du coup quels seraient mes gains réels à la fin de la période ?
  • Ce placement peut aussi représenter un apport d'argent pour ma retraite ; y a-t-il des placements plus adaptés que d'autres ?
  • Je souhaite réaliser des travaux d'amélioration de mon logement lorsque cela sera nécessaire (agrandissement pour une nouvelle naissance, revoir l'isolation, réparer le toit...) : quels sont les placements qui pourraient me permettre de bénéficier d'un prêt à taux bonifié ?
  • Et toutes les autres questions qui peuvent vous venir, même si certaines peuvent sembler naïves.

Pour vous aider à vous déterminer, prenez le temps de vous arrêter sur la matrice d'aide au choix : notez à gauche les critères qui sont importants pour vous, puis la note relative de chacun (par exemple une fiscalité allégée peut obtenir le coefficient 4 alors que la disponibilité de votre argent n'a que le coefficient 1 ). Ensuite, pour chacun des placements, donnez votre note globale : l'assurance vie de Banque "Truc" vaut 2 pour la fiscalité mais elle vaut 10 pour la disponibilité de mon argent.

La matrice réalisera tous les calculs et vous donnera le meilleur choix en fonction de vos propres critères.

Dans tous les cas, n'hésitez pas à rencontrer des banquiers et à écouter ce qu'ils ont à vous dire. Prenez de la documentation que vous prendrez le temps d'étudier à tête reposée. Notez dans les brochures tout ce qui vous pose question (surtout essayez de comprendre ce qui n'est pas écrit) et retournez voir les banquiers pour qu'ils vous donnent des réponses précises. N'hésitez pas à interroger vos amis, vos proches, vos collègues. Ils ont peut-être des idées pour vous, des expériences à vous faire partager, des galères déjà vécues... Soyez curieux ! La curiosité n'est pas un vilain défaut : ça, c'est un truc qu'on raconte aux enfants pour qu'ils n'ennuient pas les adultes avec leurs questions. Justement, vous êtes adulte et les banquiers aussi : soyez dans une démarche constructive et volontaire.